Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/128

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

core, ne fût-ce que celui de se qualifier de corps.

Dans le nouveau régime, le don de la parole sera comme chez tous les peuples libres, le moyen qui conduira à tous les moyens ; & les François qui perfectionnent tout & n’inventent rien, à ce que disent les Anglois qui n’inventent plus, les François pousseront l’art de parler en public beaucoup plus loin que ne l’ont fait les Démosthenes & les Cicéron. Non-seulement les assemblées nationales, les communes auront les leurs ; mais encore il ne sera point de petite municipalité, de district de fauxbourg qui n’ait le sien. Autrefois nos vaudevilles couroient l’Europe, désormais ce sera nos discours qu’on exportera. Ce sera peut-être l’un & l’autre, car il n’est pas impossible de faire un discours en vaudevilles[1].

Demander la parole, avoir la parole, &c. Voyez Assemblée, Motion, &c.

PATRIE : quel mot autrefois ! & quel mot aujourd’hui ! Quand on sortoit du college, & de lire les belles harangues de Tite-Live, on avoit alors sur ce mot patrie à-peu-près la même idée que nous en

  1. L’auteur de ce dictionnaire a deviné nos talens ; car il vient de paroître un discours en vaudevilles sur la liberté, qu’on attribue à M. l’abbé Chaufet ; c’est la touche de Panard ; la musique est du virtuose M. l’abbé Multo. Note fournie par un des auteurs de l’Almanach des Muses.