Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/105

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

l’auroient jamais cru susceptible ; nous la connoissons tous trop bien pour la commenter. Je remarquerai seulement qu’on ne l’employer que dans ces façons de parler : mettre à la lanterne, digne de la lanterne, fuir la lanterne. Ainsi on dira bien, M. de Launay est le premier qui ait été mis à la lanterne. Le bonze Urima est digne de la lanterne, & Roumein fuit en vain la lanterne.

LANTERNER : verbe actif. C’est la même chose que mettre à la lanterne. Il n’est en usage que dans le haut style.

LÉGISLATION, LÉGISLATEURS, LÉGISLATURE : on appelle objets de législation ceux qui concernent l’organisation ou la confection des loix. Écrire sur la législation, c’est écrire sur ces matieres. Le dictionnaire de l’académie définit le mot de législation le droit de faire des loix ; & en ce sens, il dit : la législation en France n’appartient qu’au Souverain ; cette assertion gothique qui sent bien la pension, sera émendée par les académiciens impensionnés & patriotes, qui travailleront à la prochaine édition de ce dictionnaire, lors de la refonte universelle de presque tous nos livres.

Législateurs : sont ceux qui font les loix, & législature, désigne le temps, l’époque déterminée que le corps des législateurs reste en activité. Aussi l’on dit, la législature présente travaille à une constitution qui fera l’admiration des législatures qui viendront après elle. La législature présente :