Page:Champollion - Lettres écrites d’Égypte et de Nubie en 1828 et 1829.djvu/92

Cette page a été validée par deux contributeurs.


la grande enceinte, du côté de l’orient : j’ai continué des fouilles commencées par Caviglia ; le résultat a été de constater dans cet endroit même l’existence d’un temple orné de colonnes-pilastres accouplées et en granit rose, et dédié à Phtha et à Hathôr (Vulcain et Vénus), les deux grandes divinités de Memphis, par Ramsès-le-Grand. L’enceinte principale renfermait aussi, du côté de l’est, une vaste nécropole semblable à celle que j’ai reconnue à Saïs.

C’est le 4 octobre que je suis venu camper à Sakkarah, car nous sommes sous la tente ; une d’elles est occupée par nos domestiques : tous les soirs, sept ou huit Bédouins choisis d’avance font la garde de nuit et les commissions le jour ; ce sont de braves et excellentes gens, quand on les traite en hommes.

J’ai visité ici, à Sakkarah, la plaine des momies, l’ancien cimetière de Memphis, parsemé de pyramides et de tombeaux violés. Cette localité, grâces à la rapace barbarie des marchands d’antiquités, est presque tout-à-fait nulle pour l’étude : les tombeaux ornés de sculptures sont, pour la plupart, dévastés, ou recomblés après avoir été pillés. Ce désert est affreux, il est formé par une suite de petits monticules de sable produits des fouilles et des bouleversements, le tout parsemé d’ossements humains, débris des vieilles généra-