Page:Chadourne - L’Amour et le Sablier, 1921.djvu/26

Cette page n’a pas encore été corrigée


La robe affaissée sur la chaise,
Une odeur tiède sur les paumes,
Et ce fantôme replié
Sous l'ombre basse des paupières.

Mes mains se ferment sur le vide ;
Ma bouche ne baise qu’un souffle
Égaré du jardin désert ;

Mon désir n’atteint qu’un mirage,
Et mon amour est en balance
Entre l’attente et le regret.