Page:Chadourne - L’Amour et le Sablier, 1921.djvu/22

Cette page n’a pas encore été corrigée


Je ne sais. Mon corps fond dans l'ombre de la ville,
Epaisse et trouble ainsi qu’une eau après l’orage,
Et l’odeur des jardins mouillés
Enivre à travers les espaces
Un dieu fait de désirs obscurs.

Mon amour, tu as pris le visage de l’attente,
Et je tourne lentement mes paumes
Vers le vent qui a passé sur les vergers en fleurs.