Page:Chadourne - L’Amour et le Sablier, 1921.djvu/21

Cette page n’a pas encore été corrigée


Vergers

La nuit gonflée de pluie et de semences
A pris dans son remous les maisons et les arbres.
Une inquiète douceur coule le long des rues.

Cette goutte chaude sur ma main,
Est-ce la pluie ? Est-ce une larme ?
Est-ce la sève
Que distille la fièvre amère des bourgeons,
Des précoces lilas, des rameaux écumeux et noirs ?