Page:Chadourne - L’Amour et le Sablier, 1921.djvu/13

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Frontispice

Entre deux roses qui se fanent
L’Amour penche le sablier ;
Et la bouche qui souriait
Devient la bouche qui ricane.