Page:Carnet de guerre n° 3 d'Alexandre Poutrain.pdf/64

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Sur la Place, nous attendons jusque dix heures. Enfin, le commandant arrive, suivi des membres du bureau.

C’est notre dernier appel et nous partons.

Mais, déception ! ⁁Nous n’allons pas à la gare de Croisilles nous suivons la route d’Ecourt. Il ne cesse de tomber une pluie fine, pénétrante, nos vêtements commencent à tremper.

À l’entrée d’Ecourt, nous montons sur le talus, nous longeons le bas-fond de la route encombrée de quatre-vingt centimètres de boue ; nous passons sur les décombres des constructions. Nous avons l’impression que les habitants sont partis.

À la gare, nous voyons groupés des habitants des alentours, il en arrive encore apres nous. Mais nous ne voyons personne d’Ecourt.

Nous nous posons à tous les mêmes questions, auxquelles personne ne peut répondre.