Page:Carnet de guerre n° 3 d'Alexandre Poutrain.pdf/5

Cette page a été validée par deux contributeurs.


qui sont en cours de route. Mr Loth est débordér, il me demande de l’aider à caser toutes ces denrées.

En ce moment nous allons à Quéant trois et même quatre fois au cours d’une semaine avec nos deux voitures. Un matin à l’écurie chez Milon, nous trouvons le cadenas ouvert, il nous manque un cheval. Je vais à la commandature… le commandant me fit livrer un cheval des troupes, et à chaque voyage j’en eus toujours un à ma disposition jusqu’à la fin. (Or six semaines plus tard je retrouve ce cheval volé, il est attelé à une voiture de l’armée. J’amène le commandant à constater le fait, je lui montre que le conducteur porte le même no d’unité que lui mème. Il me répond en riant : « C’est la guerre, on se débrouille comme on peut. Vous savez bien qu’en ce moment