Page:Carnet de guerre n° 3 d'Alexandre Poutrain.pdf/49

Cette page a été validée par deux contributeurs.


J’eus la bonne fortune de rencontrer, quelques jours après, le prêtre catholique. Il fit une démarche aupres du commandant, j’eus l’autorisation.

Flahaut, menuisier à Adinfer, démonte la chaire, qui est magnifique, en chène sculpté, comme toutes les boiseries, elle est classée comme monument historique ; il démonte tout ce qui est démontable, ne laisse qu’un autel latéral et un confessionnal. Michel, Adalbert, Victor et moi commençons aussitot les transports dans les caveaux du cimetière. Nous enlevons d’abord les statues, le chemin de Croix, les tableaux pendant que Flahaut prépare les boiseries. Ce travail a duré deux jours. Nous replacions les pierres tombales au fur et à mesure que le caveau était rempli.

Dès que nous eûmes terminé, nous avons transporté dans le