Page:Carnet de guerre n° 3 d'Alexandre Poutrain.pdf/17

Cette page a été validée par deux contributeurs.


les soixante hommes que vous voyez. Arrivent quatre soldats, le fusil armé, baïonnette au canon ; ils nous alignent par rangs de quatre et nous sommes partis pour une destination inconnue, enlevés à l’improviste, dépourvus de linge, de vêtements. Une voiture nous suivait pour reconduire les soldats.

À ce moment, Michel, Milon, Plouviez apportent du pain, du saindoux.

Je vais demander au commandant un laissez-passer pour Oisy.

Encore sous l’impression que les habitants parleront de lui apres la guerre, le commandant m’accorde ce laisser-passer. Je vais prévenir les intéressés, et le lendemain, vers le soir, je rentrais, ma voiture remplie de vêtements, de linge.

Ici à Croisilles, nous eumes le privilège qu’il n’est parti personne