Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/84

Cette page a été validée par deux contributeurs.


n’a rien de comparable avec la détonation saisissante de la première bombe se repercutant dans les constructions métalliques.

Le samedi matin, nous n’avons pas trouvé de pain pour notre petit déjeuner. S’il y a du pain en ville, il est réservé aux clients habituels.

Nous avons réussi à nous procurer quatre œufs dans une épicerie. Nous les avons mangés cuits durs.

L’homme de garde, qui faisait les cents pas devant la porte nous gênait parfois pour faire certaines choses. En ce cas Marie qui a huit ans, va s’asseoir sur l’une des bornes à l’entrée de la rue. Elle ne tarde pas à attirer l’attention du soldat, elle entre en conversation. Dès ce moment, nous pouvons faire tout ce que nous voulons dans la cour. L’allemand est accaparé, il ne quittera pas l’enfant. Quand nous avons terminé, je vais rappeler Marie. Je la gronde devant le soldat.