Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/75

Cette page a été validée par deux contributeurs.


En rentrant chez Mme J. Sauvage par la ferme de son fils Léon, on passait devant le poulailler. Une nuit que ce commandant rentrait en titubant, un coq chante lorsqu’il passe en face ; il va faire lever Mme et Mlle Sauvage, ainsi que son ordonnance, fait ouvrir le poulailler et, se faisant aider par son ordonnance, tue, à coup de canne, les volailles qui ne se sauvent pas dans la cour.

Un matin, avant sept heures, je vois arriver dans la cour une voiture militaire attelée de deux chevaux. Charles Demiautte, maire de St Leger, est seul à l’intérieur. Deux allemands se trouvent à l’avant. L’un d’eux vient me dire : « Mr le maire, nous vous emmenons avec votre collègue de St Leger — Où ? — s’écrie Rose — Madame, nous n’avons pas mission de vous le dire. »