Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/73

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il y avait parmi les prisonniers le curé de l’une de ces paroisses. Était-ce l’abbé Crocfer ? Je ne me rappelle plus. Quand je lui ai parlé de le ramener, il m’a répondu : « Je ne puis pas abandonner mes compagnons d’infortune. Plus tard, nos verrons. » — Les criconstances ne s’y sont pas prétées.

Ce prêtre avait relaté en vers les péripéties de leur captivité. Il avait de la verve, du patriotisme, il flétrissait de main de maitre la conduite de cette femme, qu’il appelait Mme la noire.

Il m’avait confié son cahier. Je l’avais caché dans l’anfractuosité du mur de l’écurie. Au moment de notre évacuation, je l’ai oublié. Il a sauté avec nos bâtiments.

À un moment, nous eumes le commandant Flame. Il logeait chez Mme Jules Sauvage.

Depuis quelque temps les officiers