Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/52

Cette page a été validée par deux contributeurs.


suppose que ces personnes ont parlé d’hommes qui se seraient cachés dans un puits pas bien loin de la maison de Mme Gogneau. On n’a jamais rien su de précis sur les motifs de la visite domiciliaire qui en est résultée.

Le sanitaire accompagné d’un camarade et de son chien pénètre la nuit dans la chambre de cette dame. Éveillée en sursaut, saute à bas du lit Mme Gogneau saute à bas du lit, le chien se dresse contre elle, les pattes sur les épaules, elle tombe morte.

Nous avons décidé de ne pas porter plainte, de crainte qu’une enquête fasse connaître aux allemands le cas des deux hommes qui se sont cachés dans un puits.

Muni de mon laissez-passer circulaire, je vais à Quéant me documenter, en vue de l’organisation du ravitaillement. Le dépot central pour toute la région envahie est à Va-