Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/38

Cette page a été validée par deux contributeurs.


trophe en allemand. Je dois tenir la bouche fermée, bien serrée, car il m’apostrophe me mitraille de postillons.

Enfin il me lâche, regarde vers le tas de charbon : sacs, brouettes, civils, tout s’est volatilisé. La séance est levée.

En remontant au village, je me dis qu’en bien des cas, avec un bon moral et du sang-froid on se tire d’embarras. J’allais bientot en avoir besoin de mon sang-froid dans une circonstance tout autrement sérieuse.

Le commandant m’informe que demain il me conduira à Douai.

Nous nous demandons le motif de ce voyage.

À Douai nous nous trouvons soixante quinze à quatre vingts maires. Ce sont les représentants des Communes des cantons de Bapaume, Bertincourt, Vitry et Croisilles, et en plus les maires des Communes du front séparées de