Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/263

Cette page a été validée par deux contributeurs.


dans les bergeries avaient sauté, tout le village aurait été anéanti.

Notre maison n’a reçu que les cinq ou six éclats qui nous ont fait descendre. Bien des toitures furent endommagées ; entr’autres le toit de l’église. Victor et moi sommes allés y clouer des plaques de tôle.


Au début de son arrivée, Nimann m’avait demandé le plan cadastral du terroir. Il y avait longtemps que le carton, contenant ce plan, était adossé contre un mur du bureau. Au cours d’une apres-midi, pendant que je suis à la commandature avec le feldwebell et les deux scribes, survient un avion. Les trois allemands me font signe de les suivre, en se précipitant à la cave, comme des lapins au terrier. Je retire le plan de son carton, et le cache autour de moi sous mon gilet. Quand les allemands remontent