Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/261

Cette page a été validée par deux contributeurs.


des artilleurs garent dans la grange, comme chaque jour, leur camion anti-avions. À peine sont-ils sortis, que le camion prend feu. En un instant, toute la grange est embrasée, les munitions éclatent.

Je monte au grenier voir ce qui se passe. J’aperçois un spectacle magnifique : ce qui reste de la toiture de la grange saute en l’air et retombe pour alimenter encore ce foyer inimaginable. Cette grange se trouve à proximité de notre maison, les éclats d’obus passent au-delà. Je descends dire à tous d’aller voir du grenier. Je monte à la chambre à coucher éveiller les plus jeunes enfants, pour leur montrer ce spectacle. Nous sommes aux premières loges. Entre cette grange et notre maison, il n’y a pas de construction.

Nous percevons un bruit d’écla-