Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/256

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il reste dans cette localité deux ou trois ménages dont les habitations se trouvent situées sur le versant Sud-Est. De ce fait, les balles passent au-dessus des maisons.

L’Autorité allemande maintient là ces habitants en guise de talismans contre les bombardements, contre les avions.

Ces habitant sont stupéfaits de ma visite ; ils ne peuvent rien m’apprendre sur la situation militaire.

Au retour, en approchant d’Hamelincourt, je constate que les allemands ont réparti quelques trains de tombereaux (roues avec l’essieu) le long de haies des jardins, du coté du front. Ils ont ajusté sur ces essieux des troncs d’arbre pour simuler des canons. Ils ont même esquissé un semblant de camouflage. Nos alliés ne se sont pas laissés prendre au piège ; ils n’ont pas gaspillé leurs obus.


Ce jour là, Joséphine