Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/233

Cette page a été validée par deux contributeurs.


petite maison isolée, d’un cordonnier, située derrière le chœur de l’église.

Il y fit enfermer quelques « suspects ».

Ce docteur parcourait les rues, et, au hasard des rencontres, disait à quelques hommes : « Demain à neuf heures vous viendrez chez moi. » Il prenait une goutte de sang pres de l’oreille, il fit enfermer plusieurs personnes.

Un farceur auquel on demandait ce que le docteur lui avait fait, répondit : « Il m’a demandé si je pouvais aller au cabinet ; il m’a indiqué un petit local où il y avait un seau hygiénique. » Dès lors on l’appela le Dr K K.

Mais Nimann le prévint qu’il ne devait pas enlever les travailleurs.

Le docteur tourna ses recherches du côté des femmes et des enfants.

Durant plusieurs mois, il y eut toujours une dizaine de personnes séquestrées dans cette petite maison. Elles y restaient une ou deux semaines.