Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/223

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Quelques jours plus tard, je me trouve en présence du commandant et d’un intendant. Ce dernier tient en main le feuillet de notre budget.

« Combien payez-vous de contributions ? — Douze mille francs. — Vous n’avez pas d’autres contributions à payer ? — Non. — Sauriez-vous m’expliquer comment il se fait que Quéant paie trente-six mille francs, et Croisilles douze mille ? — Très facilement, Monsieur : En France nous sommes en république, les Communes s’administrent chacune à sa guise. Celles qui font fo des dépenses de constructions doivent les payer. À Quéant, la municipalité a construit tout récemment : une mairie, deux écoles, un garage pour le corbillard ; elle a créé et empierré de nouveaux chemins ruraux ; toutes ces dépenses se paient. À Croisilles nous possédons de vieilles écoles ; nous construisons une mairie, tant qu’elle n’est pas