Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/218

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Elle est tombée au bas de la rue du moulin, entre le rio et la propriété d’Arbeltier, dans un petit pré, planté de gros bois bancs, de soixante centimètres de diamètre. La bombe n’a pas creusé de trou ; elle n’a fait qu’une petite cuvette que combleraient deux brouettées de terre. Mais on ne saurait imaginer les effets multiples que cette bombe a produits.

Telles les raies d’une roue, de petits rubans d’herbe calcinée, partent du centre vers la périphérie ; le mur de cloture d’Arbeltier, situé à vingt mètres de la bombe, a reçu une cinquantaine d’encoches sur toute sa longueur, à trois endroits, le projectile a traversé le mur ; les arbres d’alentours ont tous été touchés ; la plupart ont été traversés, certains à plusieurs endroits, par un éclat qui n’a laissé apres son passage qu’un petit trou, où l’on peut enfoncer