Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/215

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sur toute la longueur. Le sentier passait à deux mètres de là.


Le commandant me donne l’ordre de faire publier par le garde que les propriétaires de chiens doivent payer à la commandature, dans un délai de trois jours, une taxe de quatre marcks par chien qu’ils possèdent.

Je fais un signe d’assentiment. Le commandant me regarde surpris, il est déçu. Il s’attendait à une protestation de ma part, qui aurait ramené sur le tapis la question des Bons Communaux.

Nous conseillons aux propriétaires de tuer leurs chiens, plutot que de donner aux allemands de l’argent qui serait transformé en obus contre leur mari, leurs enfants.

Le lend jour de l’épicerie une trentaine de dames amenèrent leur chien, nous priant de les supprimer