Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/20

Cette page a été validée par deux contributeurs.


obéi ? Je le suis J’ai accepté. Dans la salle du mess, il y a cinq ou six officiers. Nous nous asseyons à un bout de la table. Dès que le café est servi, je me hate de boire et je me lève. Le commandant m’empoigne par le poignet : « Vous n’allez pas partir comme cela. » Il me retient de force. Il fait apporter des bouteilles de liqueur. Cette fois je refuse.

On apporte des cartes, trois officiers viennent se placer en face de nous. Je refuse de jouer, mais je suis toujours prisonnier. Je me mets à bâiller, bientot je le fais naturellement sans discontinuer. Enfin ! je puis partir.

Je trouve Rose glacée, toute tremblante. Longtemps apresmon retour, ses bras, ses jambes étaient encore secoués de saccades nerveuses.

Apres trois semaines d’intérim nous avons de nouveau le commandant Boots.