Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/174

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sans succès. Un avion est allé la dégonfler.


Le temps de la moisson est arrivé. Les allemands, avec nos lieuses, fauchent notre blé que nous avons semé. Ils ne nous ont pas indemnisés, ils n’ont même pas remis un bon.

Les jeunes filles, les gamins sont partagés par petits groupes de sept ou huit personnes en collaboration avec un civil dans chaque bande, ils relèvent les récoltes en petits tas d’une quinzaine de bottes.

La plupart n’ont jamais fait ce travail, tous le font volontairement mal. Les tas culbutent, et comme il pleut souvent, la récolte est dans un piteux état. Les jeunes filles relèvent les tas fondus, elles mettent la partie mouillée à l’intérieur. Le grain germe, c’est le gachis.

Lorsque les allemands ren-