Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/168

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Croisilles. — Il répète le nom de la Commune, me tend un porte plume de la main droite, tout en m’indiquant l’officier du centre, en même temps, il étend le bras gauche, comme pour me couper la retraite, si je voulais faire demi-tour. Je refuse le porte-plume.

Le second officier agit comme s’il n’avait rien vu, rien entendu. Il s’écarte un peu de la table, me laisse le passage en m’indiquant l’acte à signer. Je lui montre mes mains vides. Il me fait voir des porte-plumes en réserve. Je le remercie en disant que je ne signe pas. Je descends de la scène.

Nous sommes passés vingt et un sans signer.

Les appels sont terminés. On nous fait sortir. Les soldats qui nous ont amenés nous attendent au passage, nous rentrons chez nous.

Dans la salle du théâtre, nos