Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/161

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il nous dit : « perquisition du vin… bêtise. »

Berthe Sergeant nous servait déjà du café. Nous sommes le vingt huit juillet, c’est l’anniversaire de la mobilisation de l’Allemagne. Je dis : « Voilà un an que nous sommes en guerre. — Hermann précise : oui aujourd’hui un an mobilisation. » Je me tourne vers Berthe Sergeant et lui dis : « Je ne me trompe pas, nous sommes bien le 28. » Elle laisse répondre l’allemand qui répète : « Oui, oui, aujourd'hui, vingt huit juillet. Un an, mobilisation. »

Mlle Dachez m’informe de ne plus réserver de ravitaillement pour la Commune de Boiry-Becquerelle, tous les habitants sont évacués demain. C'est la troisième Commune du groupe qui disparait 1° Mercatel, 2° Neuville, 3° Boiry-B


À la suite d’une imprudence de la bonne, en remontant une seille d’eau, notre fillette Eugénie a un bout de doigt coupé à la main gauche : le médius. Sa maman lui enveloppe la main, et je la conduis chez le Docteur Ficheux.