Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/153

Cette page a été validée par deux contributeurs.


blème, bondit vers moi. Je garde l’immobilité d’une statue, mes yeux ne quittent pas les siens. Il s’arrête court, déconcerté, sort du bureau.

Cette scène a plongé les trois allemands du bureau dans la stupeur. Ils m’observent, sans oser relever la tête, de peur que le commandant revenant brusquement, les surprenne à me regarder. Il ne revint pas.

Le lendemain le feldwebell me demande de lui répéter la scène, il veut en saisir les nuances.

Les trente jeunes filles furent enfermées dans la grange de Rebout, à l’extrémité de la rue de Fontaine. Cette grange se trouve à vingt mètres de la maison de Mr Harris. Cette habitation, abandonnée par les propriétaires, est occupée par sept ou huit officiers.

Vers huit heures un soldat vient