Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/144

Cette page a été validée par deux contributeurs.


un syndicat. Il est emporté, violent. Il profère des menaces en faisant de grands gestes, en donnant de violents coups de poing sur le bureau.

Tout cela s’évanouit comme brouillard au soleil.


Il arrive d’Allemagne une tres forte batteuse. Nimanne l’installe dans la cour arrière chez Milon, à proximité d’un hangar.

Il arrive de nombreux prisonniers russes. Ceux qui ne sont pas utilisés à la batteuse, sont employés à avancer les bottes de blé dans les granges, à les charger sur les voitures. Les soldats placent une voiture de chaque coté de la batteuse ; on décharge ces voitures simultanément.

Quand tout le blé en granges et en meules fut battu, les