Page:Carnet de guerre n°2 d'Alexandre Poutrain.pdf/133

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ne se seraient pas laissés monter le coup aussi facilement.


Vers cette époque, Mme Peugnet près de l’église, avait encore les deux couples de pigeons voyageurs que sonl’un de ses fils avait élevé en volière. Elle les soignait bien en souvenir de son enfant sous les drapeaux.

Cette volière se trouvait dans la cour. On passait à côté pour arriver à la maison. Jusqu’alors, tous les allemands avaient vu ces pigeons. Mais cette fois arrive un prussien qui s’y connait en pigeons. À la vue de ces voyageurs, il voit rouge, se précipite dans la volière, tue les pigeons et les porte à la commandature.

Le commandant veut corser l’affaire, il envoie ces pigeons au général qui loge au chateau de St Leger.

Un matin vers sept heures un allemand se présente. « Mr le maire, je