Page:Calloch - A Genoux.djvu/142

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et selon les multitudes de vos miséricordes éternelles, — Lavez-moi, purifiez-moi de mon pêché effrayant.

Car mon pêché mange mon esprit sans cesse…

Je suis descendu au fond de ma misère, et je la connais : — Contre Vous j’ai péché par malice — Et si je suis puni, c’est bien.

Je baisse la tête…

Mais aussi, ô mon Dieu, regardez et écoutez : — J’ai été conçu dans la souillure : — Le péché du Premier Père est sur nous tous comme une peau, — Et aucune âme en venant au monde n’est blanche !

Excepté celle de votre Mère bénie, — Votre Mère Marie…