Page:Calderón - Théâtre, trad. Hinard, tome II.djvu/40

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
30
LE PIRE N’EST PAS TOUJOURS CERTAIN.


inès.

Ce n’est rien, ma chère, que des façons de grande dame. Elle a une mélancolie qui la rend capricieuse au dernier point et la fait changer d’avis à toutes les minutes. Si vous ne voulez pas lui déplaire, écoutez, voyez et taisez-vous.

Elle sort.

léonor.

Hélas ! j’en entends et j’en vois assez, et j’en ai bien assez à taire. Espérance insensée, pourquoi donc me vouloir follement persuader qu’ici, loin de ma patrie, de ma maison et de mon père, je puis cesser de craindre le malheur ? Le mal est si près de moi que je ne dois pas espérer que don Carlos se désabuse à temps ; et mon espérance est si éloignée, que je ne dois pas me confier à l’avenir incertain. Il n’avait que trop raison, cet infortuné, qui, souffrant du même mal que moi, disait : « Malheureux est celui qui se confie au temps pour la guérison de ses maux ; car si le remède est infaillible, il est fort lent ; il est si lent, que d’ordinaire, avant qu’il ait produit son effet, le malade a cessé de vivre. » J’ai peine à contenir ma douleur. Qui jamais s’est vu dans une situation plus déplorable ? et cependant ai-je donné à la fortune aucun sujet de me persécuter ?


Entre DON JUAN.

don juan.

Isabelle, que fait ma sœur ?


léonor.

Elle est dans son appartement, seigneur.


don juan.

Alors je vous adresserai une autre question : Que faisiez-vous là toute seule, belle Léonor ?


léonor.

Ce que je fais toujours, je me plaignais de ma destinée. Avez-vous vu don Carlos ?


don juan.

Oui ; il n’eût pas été convenable qu’il partît sans que je le visse.


léonor.

Quoi ! déjà ! il est parti ?


don juan.

Oui, Léonor.


léonor.

Et je ne l’ai pas vu !… Ah ! il a bien peu d’égards pour moi !


don juan.

Allons, Léonor, ne vous laissez pas aller à de nouveaux chagrins. Vous êtes désormais placée sous ma protection, et vous avez en moi un homme dévoué, qui, pour vous, exposerait au besoin sa vie et son honneur.