Page:Calderón - Théâtre, trad. Hinard, tome II.djvu/268

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
258
AIMER APRÈS LA MORT.


clara.

Au nom du ciel, épargne-le.


don alvar.

Ta prière peut tout sur moi. — La blessure est-elle profonde ?


clara.

Ce ne sera rien.


don alvar.

Laisse-moi envelopper la main de ce mouchoir.


clara.

Maintenant, tu le vois, je ne puis t’accompagner. Pars seul aujourd’hui. Alors même qu’on aurait mis le siège devant Galère, elle ne sera pas prise en un jour ; et demain je vais avec toi.


don alvar.

Dans cet espoir, j’obéis.


clara.

Qu’Allah te garde !


don alvar.

Sans toi que ferais-je de la vie ?


alcouzcouz.

Si toi vouloir mourir, moi avoir encore un peu de poison qui être fort doux.


clara.

Allons, adieu.


don alvar.

Je pars désolé.


clara.

Et moi, je demeure affligée.


don alvar.

Quelle est l’étoile funeste qui, suspendant toujours mon bonheur, s’interpose entre nous deux ?


clara.

Quel est le sort ennemi qui, menant obstacle à mes vœux, suscite deux fois une armée chrétienne pour troubler toute ma joie ?


alcouzcouz.

Quel état que le mien ! Tout le monde dire que le sommeil et la mort c’est la même chose… et c’est bien vrai, car moi savoir pas si moi être mort ou endormi.