Page:Calderón - Théâtre, trad. Hinard, tome II.djvu/244

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
234
AIMER APRÈS LA MORT.


isabelle.

M’aurait-il reconnue malgré mon déguisement ?


mendoce.

Encore une aventure !


isabelle.

S’il m’a suivie, je suis perdue !


mendoce.

Que craignez-vous ? n’êtes-vous pas près de moi ? Entrez la dans cette salle, et fermez la porte. S’il vient vous y chercher, soyez sûre qu’il n’y pénétrera qu’après m’avoir donné mille morts.


isabelle.

En quel péril je me trouve !… ciel ! protégez-moi, secourez-moi !

Elle s’enferme avec Inès.


Entre DON ALVAR.

don alvar.

Seigneur don Juan de Mendoce, je voudrais vous parler en particulier.


mendoce.

Je suis seul.


isabelle, à part.

Comme il est pâle !


don alvar.

Je puis donc fermer cette porte ?


mendoce.

Comme vous voudrez. (À part.) L’affaire s’engage bien.


don alvar.

Maintenant veuillez, je vous prie, m’écouter avec attention. J’ai appris tout-à-l’heure qu’on devait venir ici vous parler.


mendoce.

Il est vrai.


don alvar.

Dans cette prison même.


mendoce.

L’on ne vous a pas trompé.


don alvar.

Cette démarche est pour moi aussi pénible qu’offensante


isabelle, à part.

Peut-il parler plus clairement ?


mendoce, à part.

Il sait tout.


don alvar.

Aussi ai-je voulu précéder ici ces personnes, qui veulent tenter un accommodement auquel je ne saurais acquiescer, puisqu’il serait contre mon honneur.