Page:Calderón - Théâtre, trad. Hinard, tome II.djvu/168

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
158
BONHEUR ET MALHEUR DU NOM.


tristan.

Et nous deux, Flora, que faisons-nous ?


flora.

Nous allons nous raconter les deux contes de la duègne et de la guenon.


tristan.

Ce sera pour un autre jour. Pour le moment nous n’avons qu’à demander pardon de nos fautes.


don félix.

Et si le bonheur et le malheur du nom a produit ce résultat, — que le bonheur de celui qui a composé cet ouvrage supplée, sire, auprès de vous, au malheur de son esprit[1]


fin de bonheur et malheur du nom.
  1. Cette pièce est une des nombreuses comédies de Calderon qui, sous le titre de Fêtes (Fiestas), furent d’abord représentées devant le roi. Molière a également composé plusieurs pièces qui furent jouées pour la première fois devant Louis XIV.