Page:Calderón - Théâtre, trad. Hinard, tome II.djvu/126

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
116
BONHEUR ET MALHEUR DU NOM.


lidoro.

Oui.


don césar.

Moi ! et pourquoi ?


lidoro.

Ne faites point l’étonné ; car vous savez mieux que moi si vous avez ou non escaladé la maison d’un vieux gentilhomme et enlevé sa fille en tuant un écuyer à elle. Le duc de Parme vient d’en écrire au gouverneur, afin qu’on vous arrête, vous et la dame, qui se nomme doña Violante et qui est fille du seigneur Aurelio. (À don Félix.) Ainsi vous reconnaîtrez que je ne puis pas faire autrement que d’arrêter votre ami.


don césar, à part.

Quelle rencontre inconcevable ! C’est don Félix qu’il cherche, et non pas moi !


don félix, à part.

Est-ce que c’est moi par hasard qui aimais doña Violante ?


don césar, à part.

N’est-ce pas pour me perdre qu’elle dit faussement que j’ai voulu l’enlever ?


don félix, à part.

Et moi, comment puis-je avoir commis ce crime ?


lidoro, à don César.

Que dites-vous ?


don césar.

Je dis, seigneur, que je n’ai enlevé aucune dame, et qu’on vous a trompé.


lidoro.

J’en serai charmé. Cependant rendez-vous à moi, et sans courir aucun risque vous serez ici mon prisonnier.


don félix.

Songez, seigneur, que c’est par erreur et injustement que l’on accuse don Félix.


don césar.

On se sera trompé de nom.


lidoro, à don César.

Êtes-vous don Félix Colona.


don césar.

Oui.


lidoro.

Y a-t-il à Parme un autre cavalier qui se nomme comme vous ?


don césar.

Non.


lidoro.

Eh bien ! c’est vous que l’on m’a désigné. Mais ne craignez rien ; il suffit que vous soyez avec don César, pour que j’aie pour vous