Page:Calderón - Théâtre, trad. Hinard, tome II.djvu/122

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
112
BONHEUR ET MALHEUR DU NOM.


don félix.

Je baise les pieds à son altesse, et je vais aller la remercier de l’honneur qu’elle me fait.


lisardo.

Demeurez avec Dieu !


don félix.

Qu’il vous garde !


lisardo, à part.

Ma résolution est prise, et maintenant que je connais son appartement, ma vengeance est assurée.

Il sort.

don félix.

Voilà une singulière visite !


Entre TRISTAN.

tristan.

Seigneur ? seigneur ?


don félix.

D’où vient le trouble où je te vois ? Qu’est-ce donc ? Qu’est-il arrivé ?


tristan.

Je vous apporte la plus bizarre nouvelle… Vous ne me croirez pas. Don César est à la porte, qui demande après vous.


don félix.

Qui ? don César ?


tristan.

Lui-même.


don félix.

Don César est à Milan !… Dans quel but ?


tristan.

Je ne sais. Allez le voir. Je n’ai pas voulu tarder à vous annoncer la chose.


don félix.

Tu dis vrai ; c’est bien lui.


tristan.

Nous voilà bien ! Il aura sans doute appris que vous vous amusiez sous son nom, et il vient s’amuser un peu aussi.


don félix.

J’entends qu’il me demande, et on lui refuse ma porte. Va lui ouvrir.


Entre DON CÉSAR.

don césar.

Embrassez-moi, don Félix.


don félix.

Comment vous vois-je ici, don César ? Est-ce que le duc aurait appris par hasard que vous n’étiez point parti, et vous aurait donné l’ordre de venir ?