Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/516

Cette page a été validée par deux contributeurs.


7. Ah ! Sans doute l’homme de la plus basse extraction sur la langue duquel ton nom se trouve, devient par là l’homme le plus respectable ; car ils se sont mortifiés, ils ont célébré le sacrifice, ils se sont purifiés, ils ont lu le Vêda, ils ont une conduite irréprochable, ceux qui prononcent ton nom.

8. C’est pourquoi je t’adore, toi qui es le suprême Brahma, toi qui es Purucha, toi qui n’es visible qu’à l’esprit qui se replie sur lui-même, toi qui anéantis par ta splendeur l’action des qualités, toi qui es Vichṇu, Kapila, et la matrice des Vêdas.

9. Mâitrêya dit : Ainsi célébré, Bhagavat, qui est le suprême Purucha, [caché alors] sous le nom de Kapila, répondit d’une voix ferme à sa mère qu’il aimait tendrement.

10. Bhagavat dit : En marchant dans la voie que je viens de t’indiquer, ô ma mère, et que tu peux suivre aisément, tu t’élèveras en peu de temps à la perfection suprême.

11. Conserve avec foi ma parole qu’aiment ceux qui possèdent le Vêda ; elle te fera parvenir jusqu’à moi qui suis le salut ; ceux qui ne la connaissent pas tombent dans la mort.

12. Mâitrêya dit : Après avoir ainsi exposé la voie excellente de l’Esprit, le bienheureux Kapila partit avec l’assentiment de sa mère qui possédait le Vêda.

13. Dêvahûti s’appliquant à la pratique du Yoga en suivant les préceptes que lui avait donnés son fils, resta recueillie dans cet ermitage qui était comme une couronne de fleurs pour la Sarasvatî.

14. Les boucles de ses cheveux qui tombaient en longues mèches, étaient jaunies par l’usage du bain ; son corps maigri par de rudes mortifications, n’était couvert que de lambeaux de vêtements.

15. Après avoir renoncé à la demeure qu’avait créée le Pradjâpati Kardama par la puissance de sa magie et de ses pénitences, à cette demeure sans pareille, objet d’envie même pour les Dieux,

16. Où se trouvaient des couvertures semblables à l’écume du lait, des lits d’ivoire entourés de cercles d’or, des sièges du même métal et des tapis doux au toucher,

17. Et où se répétaient sur les murs faits d’un cristal transparent