Page:Burnouf - Le Bhâgavata Purâna, tome 1.djvu/295

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Vâiçyas ses cuisses ; la caste dont le teint est noir forme les pieds de ce grand Être ; entouré de la foule des Dieux aux noms divers, il est la substance même de l’offrande ; son œuvre est le but de la célébration du sacrifice.

38. Tel est l’ensemble des parties dont se compose le corps du souverain Seigneur, que je viens de te décrire ; c’est sur ce corps, le plus solide de tous, et au delà duquel il n’existe rien, qu’il faut fixer et retenir son cœur par la pensée.

39. Cet être unique qui, semblable à l’âme qui voit par les [organes des] êtres [divers quelle crée] en songe, perçoit tout par l’opération des intelligences de toutes les créatures ; cet être, la vérité même, le trésor de la béatitude, c’est à lui qu’il faut rendre un culte, c’est à lui qu’il faut s’attacher, et non aux autres Dieux d’où l’âme retombe [pour revenir en ce monde].


FIN DU PREMIER CHAPITRE, AYANT POUR TITRE :
DESCRIPTION DU CORPS DE MAHÂPURUCHA,
DANS LE SECOND LIVRE DU GRAND PURÂṆA,
LE BIENHEUREUX BHÂGAVATA,
RECUEIL INSPIRÉ PAR BRAHMÂ ET COMPOSÉ PAR VYÂSA.