Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


je pensais simplement que la conversation d’Heathcliff n’aurait rien d’amusant pour vous.

— Oh non, sanglota la jeune dame, vous vouliez m’éloigner parce que vous saviez que j’aimais à être là.

— A-t-elle sa raison ? demanda Madame Linton, se tournant vers moi. Je vais répéter notre conversation mot pour mot, Isabella ; et vous noterez, s’il vous plaît, tous ceux de ses endroits qui auraient eu du charme pour vous.

— Je ne parle pas de la conversation, répondit-elle, je désirerais d’être avec…

— Eh bien ? dit Catherine, voyant qu’elle hésitait à finir sa phrase.

— Avec lui, et je ne veux pas être toujours congédiée, continua-t-elle en s’allumant. Vous êtes comme un chien au ratelier, Cathy, et vous voulez être toute seule à être aimée.

— Et vous, vous êtes un impertinent petit singe ! s’écria Madame Linton stupéfaite. Mais je ne puis croire cette sottise. Il est impossible que vous m’enviiez l’admiration de Heathcliff, que vous le considériez comme une personne agréable ; j’espère que je vous ai mal comprise, Isabella ?

— Non, non ! dit la jeune fille infatuée. Je l’aime plus que vous n’avez jamais aimé Edgar ; et lui aussi m’aimerait si vous vouliez le lui permettre.

— Alors, je ne voudrais pas être à votre place pour tout un royaume ! déclara Catherine avec emphase, et il me sembla bien qu’elle parlait sérieusement.

— Nelly, aidez-moi à la convaincre de sa folie. Dites-lui ce qu’est Heathcliff : une créature abandonnée, sans raffinement, sans culture ; un aride désert d’ajoncs et de genêts. J’aimerais autant mettre ce petit canari dans le parc par un jour d’hiver que de vous engager à pencher votre cœur sur lui. C’est une déplorable ignorance de son