Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des cas, il courait chance d’être étouffé à mort sous ses embrassements, et dans l’autre, d’être jeté au feu ou lancé contre le mur ; aussi la pauvre créature restait-elle parfaitement tranquille partout où il me plaisait de la mettre.

— Enfin, je l’ai trouvé ! cria Hindley, me tirant en arrière par la peau du cou comme un chien. Par le ciel et l’enfer, vous avez juré entre vous d’assassiner cet enfant. Je sais, maintenant comment il se fait que je ne le vois jamais. Mais avec le secours de Satan, je vous ferai avaler le couteau à découper, Nelly ! Vous n’avez pas besoin de rire, car je viens justement de fourrer Kenneth, la tête la première, dans le marais de Blackhorse, et deux est la même chose qu’un seul, et j’ai besoin de tuer quelqu’un d’entre vous, je n’aurai pas de repos que je ne l’aie fait.

— Mais je n’aime pas le couteau à découper, M. Hindley, répondis-je, il a servi à couper des rouges. J’aimerais mieux être fusillée, si vous le voulez.

— Vous aimeriez mieux être damnée, et c’est ce que vous serez. Il n’y a pas de loi en Angleterre qui puisse empêcher un homme de tenir sa maison propre, et la mienne est abominable. Ouvrez votre bouche.

Il tenait le couteau dans sa main et poussait sa pointe entre mes dents, mais pour ma part, je n’étais jamais bien effrayée de ses folies. Je crachai et j’affirmai que le couteau avait un goût détestable, que je ne voudrais le prendre pour rien au monde.

— Oh, dit-il en me lâchant, je vois que ce hideux petit vilain n’est pas Hareton, je vous demande pardon, Nelly. Si c’était lui, il mériterait d’être écorché vif pour ne pas courir vers moi me souhaiter la bienvenue et pour hurler comme si j’étais un gobelin. Petit ours sans cœur, viens ici ! Je t’apprendrai à tromper un tendre père. Eh bien, ne croyez-vous pas que le garçon serait plus joli si on le