Ouvrir le menu principal

Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/179

Cette page a été validée par deux contributeurs.


manquez pas de lui faire mes amitiés et de le féliciter de sa pièce. »

Je note la belle tenue classique de les Affaires sont les affaires, la simple et harmonieuse ordonnance qui donnent à l’œuvre son aspect de tragédie moderne…

— Oui, cela est très juste, interrompt Tolstoï. Par le développement, par le style, c’est une œuvre qui se rattache à la grande tradition française, et qui est l’une des plus pures de votre littérature contemporaine.


Un peu plus tard, nous parlions de Napoléon. Je dis :

— Octave Mirbeau a annoncé son intention d’écrire une pièce sur Napoléon. Et, selon son propre mot, c’est un Napoléon « imbécile » qu’il se propose d’y dessiner.

Tolstoï sourit avec un air de satisfaction.

— Savez-vous que ce n’est pas un paradoxe ? Napoléon avait évidemment de rares qualités d’énergie, de ténacité, d’activité ; mais c’était un capitaine assez pauvre d’idées. Ce n’est pas dans sa vie qu’il faut l’observer