Ouvrir le menu principal

Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/169

Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’ensemble des principes qu’elle a brusquement posés devant la conscience française, en premier lieu celui-ci : un citoyen libre a-t-il droit, quoi qu’il arrive, fût-ce contre la société coalisée, à la justice ? Dès lors, c’étaient tous les principes de la Déclaration des droits de l’homme, c’était tout le droit des gens, toute l’idée de justice, qui étaient d’un coup évoqués, et le cas individuel devenait représentatif du concept social.

— J’entends bien ; mais ce problème est éternel. Il n’est pas de moment dans la vie de l’humanité où il ne puisse surgir avec la même force et la même évidence. Ne voyez-vous pas, tous les jours, en France, en Russie, chez tous les peuples, devant tous les tribunaux, que la justice la plus élémentaire est refusée à des êtres libres, que des innocents sont les victimes déplorables de l’erreur ou de la passion des hommes ! Contre tant d’iniquités entendez-vous que l’on proteste ? Les connaît-on seulement ?… Non, le monde les ignore, et, de sa marche lourde, écrase rudement les misérables… Pour toutes les questions soulevées par