Ouvrir le menu principal

Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/133

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de rédaction sur le destin des armées en présence. Dans la lutte actuelle, il aperçoit seulement l’idée même du conflit, et il considère le sort des peuples. Il dit :

— Pourquoi veut-on que les Japonais soient un peuple inférieur ? Je les vois à peu près dans la condition où étaient les Russes sous Catherine II. Ils sortent de la barbarie et s’émancipent du servage. Ils suivent leur courbe et prennent conscience d’eux-mêmes. Quoi de plus légitime ? Et de quel droit l’Occident y mettrait-il obstacle ? Sous quel prétexte avouable en prendrait-il ombrage ?… Mais ce n’est pas là-dessus que l’on ose les incriminer ; on les attaque de biais, on relève leurs faiblesses ; ainsi on observe qu’ils se font ducs, marquis, barons, et à cause de cela nous plaisantons sur eux. La belle justice ! Est-ce qu’il y avait des nobles chez nous avant Pierre le Grand ? À qui la noblesse russe doit-elle l’existence, sinon à cet empereur ? Je suis comte, moi. Pourquoi suis-je comte ? Pourquoi le premier de ma lignée fut-il comte ? Et pourquoi M. Ito serait-il pas aussi bien marquis ?