Ouvrir le menu principal

Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/100

Cette page a été validée par deux contributeurs.



IV


La comtesse m’a proposé de faire dans la journée une promenade en traîneau. À quatre heures, elle arrive dans la salle à manger, en toque de fourrure et voilette blanche :

— Vous êtes prêt ? Allons !

Tolstoï vient d’entrer, et il est assis au bout de la grande table, les deux coudes sur la nappe, la tête inclinée, devant une tasse de café au lait.

— Peut-être veux-tu retenir M. Bourdon ?

— Je suis un peu las. J’ai beaucoup travaillé. Je préfère sortir seul. Nous causerons ce soir.