Page:Bonaparte - Un mois en Afrique, 1850.djvu/126

Cette page n’a pas encore été corrigée



Ou sortir de la Légion avec un emploi dans l’état-major des places.

Toutefois, aucun officier démissionnaire ne pourra, à l’avenir, être réintégré, à aucun titre, dans l’armée.


N° 12. — Autre Lettre à la Patrie.

Paris, 5 janvier 1849.

A M. le rédacteur de la Patrie.

Monsieur le rédacteur,

Le rapport général du siége de Zaatcha a paru au Moniteur.

M. le général Herbillon, en parlant de l’affaire du 25 octobre, dit :

« Les assiégés firent une sortie si vive que nous laissâmes entre leurs mains une caisse et des outils, et que je dus faire venir des troupes du camp pour assurer la retraite. »

Je ne disconviens pas que ces troupes du camp soient arrivées fort à propos.

Je ne parlerai pas de mes trois pauvres capitaines, Tonchet, Butet et Nyko, blessés grièvement tous trois, ni de ce que j’ai pu faire moi-même.

Mais un fait qu’il était bon de constater, c’est que l’ordre de battre en retraite, donné par le général Herbillon, m’a été transmis par mon colonel, et que, jusqu’à l’arrivée de cet ordre, j’ai tenu la position sans reculer d’une semelle.

La colonne expéditionnaire tout entière le sait.

Agréez, etc.

P.-N. BONAPARTE.

Notes