Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/292

Cette page a été validée par deux contributeurs.


loi que celle du plus fort, — quand Dieu fit surgir parmi nous un homme dont nous connaissions la naissance, la sincérité, l’honnêteté et la pureté ; il nous appela à l’unité de Dieu, nous apprit à ne rien associer à Dieu ; il nous interdit le culte des idoles et nous enjoignit de dire la vérité, d’être fidèle à nos serments, d’être indulgents et de tenir compte des droits de nos voisins ; il nous défendit de mal parler des femmes, ou de manger les biens des orphelins ; il nous ordonna de fuir les vices et de nous abstenir du mal ; de faire des prières, de répandre des aumônes, d’observer le jeûne. Nous avons cru en lui, nous avons accepté son enseignement[1]. »

Tel est le témoignage fourni par les adeptes sur la doctrine du Prophète, telle est la déposition de ceux qui donnèrent leur vie pour lui.

Quelle sorte d’homme était-il lorsque ses disciples s’assemblaient autour de lui ? Un jour, comme il causait avec un homme riche qu’il désirait gagner à sa cause (car gagner les riches et les puissants, c’était assurer la vie de ceux qui le suivaient), un aveugle vint

  1. The Spirit of Islam, pp. 100-101.