Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/269

Cette page a été validée par deux contributeurs.


notre courte vie terrestre. Un homme mis au monde avec un caractère déjà empreint en lui, avec des tendances vertueuses ou vicieuses suivant les cas, mais formées en lui dès le sein maternel et dessinées dès le berceau, — cet homme, vivant vingt, quarante, soixante, cent ans même, devait être l’auteur de sa destinée éternelle tout entière et aller au ciel ou en enfer pour toujours. Combien l’influence de cette doctrine fut terrible, démoralisant les esprits, rendant les hommes égoïstes, je ne citerai qu’un verset pour le montrer, — verset écrit par un des hommes les plus doux, les plus nobles, les plus purs du Christianisme moderne, John Keble, l’auteur de The Christian Year. Il avait été si démoralisé par cette doctrine d’un enfer éternel, par cette idée que le ciel et l’enfer devaient subsister ou s’écrouler ensemble, que dans The Christian Year il exprime un sentiment qui me semble choquant par son égoïsme et son immoralité ; il plaide en faveur de la doctrine de l’éternelle torture parce que, sans elle, l’idée du paradis éternel perdrait un de ses appuis. Si quelques humains ne sont pas éternellement torturés, il n’y a pas de preuve que d’autres trouveront une place éternelle au ciel. Keble dit (je cite