Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/20

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ennemi de l’homme, l’instrument universel de la discorde et de la haine.

Puisse ce petit livre, publié avec un respect profond pour toutes les religions qui purifient la vie de l’homme, élever ses émotions et le consoler dans sa tristesse, être un messager de paix et non un agent de discorde, car je me suis efforcée d’esquisser chaque religion selon sa forme la meilleure, la plus pure et la plus occulte, parlant de chacune, comme si je lui appartenais et prêchais pour mon propre saint.

Au théosophe, « rien de ce qui est humain n’est étranger », et il n’éprouve qu’une sympathie respectueuse devant l’expression, quelle qu’elle soit, du désir que l’homme a de Dieu. Le théosophe cherche à comprendre chacun, à ne convertir personne et en offrant de partager les connaissances qu’il a reçues, il espère fortifier la foi de chacun en y ajoutant ses propres connaissances et en dévoilant le fondement commun sur lequel s’appuient toutes les religions.

Annie Besant.

Adyar, 3 janvier 1897.