Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/192

Cette page a été validée par deux contributeurs.


la même vérité, à savoir qu’un homme doit posséder la vie intérieure avant d’être digne du nom sacré qu’il porte. Et si l’on dit, comme j’entends parfois des Hindous le dire, que le Bouddha désirait abolir la caste des brahmanes parce qu’il signalait leur vie mauvaise, ainsi que nous venons de le voir, alors il nous faudra conclure qu’il souhaitait aussi abolir l’ordre des Bhikkhus, fondé par lui — parce qu’il déclare que la robe jaune n’est pas ce qui constitue le Bhikkhu, mais qu’on doit trouver en celui-ci le contrôle sur soi-même, la vraie vie et le détachement des biens de ce monde. Représenter le Bouddha comme un ennemi des brahmanes et comme cherchant à les détruire en tant que caste, alors que tout ce qu’il a fait a été de ranimer l’ancien idéal et d’adresser des reproches à ceux qui, par leur vie, le déshonoraient : c’est pervertir les faits. S’il avait réussi à purifier la caste, il l’aurait rendue à son ancienne splendeur, mais il échoua, hélas ! et cette caste, réduite à son pauvre idéal, marche à grands pas vers la fin qu’elle s’est choisie. L’occultiste ne peut que ranimer l’idéal immortel, mais si les hommes, pour l’avoir rejeté, périssent, tant pis pour eux.